Noble Bourgeoisie de Saint-Maurice

850 ans

Grand-Rue 79

1890 Saint-Maurice

Contact

  • Facebook
  • Instagram - Cercle blanc
  • RSS - White Circle

pir2 & Domstuder  |  © Noble Bourgeoisie de Saint-Maurice | 2019

Hymne agaunois

L'hymne agaunois, version 2020, sera dévoilé à la Maison des Arts

Chaque année, les portes ouvertes de l’ancien bâtiment du Cycle permettent de découvrir les talents des sociétés artistiques locales.

Le 850e anniversaire de la Bourgeoisie sera l’occasion d’inaugurer une chanson inédite sur les Pécaporés composée par Julien Roh.

L’hymne de Saint-Maurice, la fameuse chanson des Pécaporés, a vieilli... tout comme la Bourgeoisie. A l’occasion de ses 850 ans, elle a souhaité dépoussiérer la fameuse chanson et a demandé au compositeur valaisan Julien Roh d’en créer une nouvelle.   

L’oeuvre sera dévoilée au public le 6 juin 2020 lors de la traditionnelle fête de la Maison des Arts. Seule consigne pour le talentueux musicien: s’inspirer de l’hymne existant tout en ayant la liberté de faire quelque chose de très différent. « La Maison des Arts abrite plusieurs sociétés locales artistiques et les portes ouvertes sont, depuis plusieurs années, l’occasion de permettre à chacune d’elle de se produire sur la scène dressée à l’extérieur, explique Catherine Derivaz, membre du comité du 850e et de la fanfare de Saint-Maurice. Nous aimerions ainsi que la chanson de Julien Roh soit interprétée par les différentes sociétés présentes dans la Maison. »

Fanfare, orchestre du collège, Conservatoire, école de musique, chorale, entre autres, pourront, s’ils le souhaitent, s’approprier le nouveau morceau et le jouer devant le public. 

Pour rappel, Julien Roh, joueur d’alto, compositeur et enseignant a remporté de nombreux concours de solistes. Il est issu du monde des fanfares et du brass band.  

A noter également que son frère dirige la Fanfare de Saint-Maurice. La chanson devrait donc être à la hauteur des attentes des mangeurs de poireaux. 

Où ? Jardin de la Tuilerie

Quand ? 6 juin 2020

Le saviez-vous ?

Raymond Berguerand, archiviste se souvient : « Raymond Gross fut instituteur à Saint-Maurice de janvier 1945 à décembre 1946. Il fut donc, tel qu’on l’appelait à l’époque, mon «régent». Il enseignait également le solfège et le chant. C’est lors de la promenade scolaire de 1946 que toutes les classes de notre école primaire se mirent à chanter de bon coeur la Chanson des Porreaux. Nous l’avions apprises peu auparavant et nous nous faisions un plaisir de l’entonner en choeur sur chaque quai de gare où nous nous arrêtions. Par qui a-t-elle été composée, qui en a écrit les paroles ? Je n’ai aucune certitude sur ces aspects-là. Il semblerait toutefois que cet hymne soit l’oeuvre du chanoine Jean-Marie Closuit aidé par notre bon régent. La mélodie semble quant à elle être une de ces musiques folkloriques qui voyage partout. »

Et l’archiviste de rappeler que les paroles évoquant « des garçons aussi costauds » n’étaient pas du goût des filles de l’école. Raymond Gross fit alors corriger la phrase qui devint « des enfants aussi costauds !» Féministes avant l’heure, les filles de Saint-Maurice ? Apparemment !